Publié le 06/03/2020 • Par Gabriel Zignani • dans : Actu juridiqueactus experts techniqueFrance


Fotolia_69538947_XS

L’AdCF et la Banque des territoires viennent de publier leur baromètre de la commande publique pour l’année 2019. Il en ressort une nouvelle augmentation du volume des montants alloués à la commande publique.

 

 

La commande publique a connu une forte accélération durant l’année 2019, avec une progression de 11,9% par rapport à 2018. En tout, ce sont 87,5 milliards d’euros qui ont été dépensés sur l’ensemble de l’année écoulée par les entités publiques, contre 78,4 milliards en 2018.

Ces chiffres ressortent du dernier baromètre de la commande publique, établi par l’AdCF, la Banque des territoires et Vecteur plus.

Les auteurs de l’étude constatent qu’il s’agit là du plus fort niveau de progression enregistré au cours des six dernières années, mais que le volume global de la commande publique n’est toujours pas revenu au niveau de 2012, après la forte baisse constatée lors des années 2014 – 2016.

La part importante du bloc communal

Les collectivités territoriales portent en grande partie cette hausse. Leur activité de donneur d’ordre explique pour 72% la progression enregistrée en 2019. Les collectivités et leurs groupements concentrent ainsi 60% de la commande publique en 2019, contre 53% en 2014.

Les communes en sont d’ailleurs toujours les actrices principales. Elles concentrent 47% de la commande publique des collectivités et de leurs groupements.

baromètre CP collectivités

Selon le baromètre, ce sont avant tout les marchés de service et d’ingénierie qui tirent vers le haut la commande publique en cette fin de mandat municipal. La progression en 2019 des marchés d’ingénierie, notamment portée par les petites communes qui ont vu l’Etat se désengager, devrait se traduire, selon les auteurs de l’étude, par une poursuite de l’effort d’investissement local dans les prochaines années.

« En termes d’ingénierie, les regroupements de collectivités ont pris le relais des régions et de l’Etat », a expliqué Charles-Eric Lemaignen, vice-président de l’AdCF, lors de la présentation du baromètre.

Le volume des marchés de travaux lui, reste stable, sauf au niveau des collectivités territoriales, où une légère augmentation est constatée.

Les communes restent là aussi les principales donneuses d’ordre. Les auteurs de l’étude constatent que l’activité « renouvellement et rénovation » y tient une place toujours plus importante, au détriment de la construction de bâtiments neufs, dont le volume a été divisé par deux depuis 2012.

baromètre CP travaux

L’ensemble des secteurs d’activité bénéficient de ce regain de l’investissement dans la commande publique. Selon le premier vice-président de l’AdCF, « les gains les plus importants ont été remarqués sur les bâtiments publics (+20%) et le domaine de l’environnement (+14%).

L’explication par le cycle électoral

Des chiffres encourageants, qui répondent à la logique du cycle électoral local, avec une forte augmentation durant la dernière année de mandat des maires. Charles-Eric Lemaignen remarque qu’aucun ralentissement n’a eu lieu en fin d’année, « ce qu’on attendait avec l’approche des élections municipales ».

Pour Nicolas Portier, délégué général de l’AdCF, il faudra que ça reparte rapidement après les municipales. « Nous venons de connaître une décennie assez terne en termes de commande publique, ce qui a provoqué de nombreux retards, notamment dans les travaux d’entretien. Pour les années à venir, il y a de quoi faire sur l’existant ! »