Source : Commandement du SMA – comsma75@gmail.com – version du 05 septembre 2019

Créé en 1961, déployé progressivement en Martinique, en Guadeloupe, en Guyane, à La Réunion, à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française, ainsi qu’à Périgueux (24) avec un centre dédié à la mobilité et à la formation, le SMA est désormais en capacité d’accueillir chaque année 6 000 bénéficiaires.
Sous tutelle du Ministère des Outre-mer, ce dispositif propose une réponse ciblée au chômage, à la désocialisation, à l’illettrisme et aux besoins en qualification des jeunes de 18 à 25 ans dans les Outre-mer. Avec 1 125 cadres, militaires et civils, d’active et de réserve, le SMA propose, sous statut de volontaire dans les armées, un parcours complet pour développer et renforcer les compétences sociales et professionnelles de ses bénéficiaires. En 2018, 82% des volontaires stagiaires ayant quitté les unités du SMA ont été insérés soit dans l’emploi (dont plus de 50% dans l’emploi durable), soit en poursuite de formation qualifiante, notamment en privilégiant l’alternance et l’apprentissage. Plus de 7 jeunes sur 10 sont insérés sur leur territoire, car leur formation s’adapte aux besoins du marché de l’emploi. Ils participent ainsi à améliorer les compétences locales tout en réduisant les inégalités territoriales.
Par ailleurs, les unités du SMA constituent une capacité permanente d’intervention dans le cadre de plans d’urgence et de secours, en renfort des forces armées et civiles (chikungunya, algues Sargasses, dengue, plan Cyclone, etc.). Ainsi, par la sensibilisation aux risques naturels effectuée et la formation citoyenne comprise dans le projet pédagogique, le SMA est un promoteur et un acteur important de résilience dans les Outre-mer.
Par sa pédagogie et ses résultats, le SMA est une composante importante et reconnue dans les territoires ultramarins, mais aussi en métropole où son modèle sert de référence à d’autres dispositifs tels que l’Établissement pour l’insertion dans l’emploi (EPIDE – 2005) ou le Service militaire volontaire (SMV – 2015).
Depuis 2018, le SMA s’est lancé dans l’ambitieux projet SMA2025. Le modèle SMA se réinvente non seulement parce que l’employabilité n’est plus un état mais devient un processus permanent* mais aussi parce que les dynamiques de mise en partage de compétences et la révolution numérique l’appellent. A ce titre, investir dans un SMA rénové permettra de garantir un meilleur service au profit des jeunes et des entreprises de chacun des outre-mer dans lequel il est déployé.
Ainsi, pour participer à l’édification d’une société de compétences**, centrée sur le parcours de chaque bénéficiaire, cette évolution du SMA s’accompagnera d’un effort soutenu d’investissement dans les compétences, sociales et professionnelles, individuelles, d’une performance fondée sur une qualité durable et d’une intégration de l’ère numérique, au service des dynamiques socioéconomiques spécifiques des territoires des Outre-mer. Il se veut une réponse efficace, adaptée et durable à la fois pour les jeunes, pour les entreprises et pour les politiques publiques des et dans les outre-mer.